Albert DEQUESNE
CHAPELLES ET POTALES
LA CHAPELLE BLANCHE - Rue de Colnet
Cette chapelle sise rue de Colnet n'étant dédiée à aucun saint ou sainte en particulier est simplement appelée "blanche" à cause de la couleur de ses murs.
Durant la seconde guerre mondiale, le fils du couple habitant cette maison était retenu prisonnier en Allemagne.

La mère était croyante, le père incroyant, c'est lui cependant qui aurait promis de faire ériger une chapelle si son fils revenait des camps ; les gens du quartier lui emboîtèrent le pas et, le fils revenu sain et sauf de sa captivité, on construisit l'édifice.

Il devint un lieu de prière et de dévotion ou chacun venait prier pour sa cause, invoquer la sainte ou le saint qui s'y attacherait.  C'est ainsi que le voisinage y déposa un nombre important de statues, une vingtaine !
La construction est sobre et bien intégrée dans son environnement.

Son architecture simple, en forme de petite église, en fait un bâtiment bien proportionné, avec son petit clocher et ses abat-son, sa porte d'entrée, ses baies latérales en plein cintre.

A l'occasion de la marche des Hamendes 2003, le propriétaire actuel de la maison a rénové lui-même le bâtiment, intérieur et extérieur, et y a replacé quelques statues repeintes par ses soins.
Comme les chapelles ND de Hal et sainte Adèle, elle ne manque pas d'être visitée lors de la marche Sainte Rita remise à l'honneur depuis quelques années dans le quartier des Hamendes, après être tombée en désuétude pendant de nombreuses années.
Mais cela est une autre histoire que nous conterons prochainement.
Cl. A. DEQUESNE
Coll. F. PACIFICI
Cl. A. DEQUESNE
Cl. A. DEQUESNE