Philippe GOETALS
A LA DECOUVERTE DE HEIGNE

8. Rue du DOCTEUR PIRCARD et Rue DU MASY
Venant de la rue Dessous Bois vers le Chef Lieu on emprunte la rue du Docteur Pircard, l'ancienne rue de Courcelles.

Au croisement de la rue du Docteur Pircard et de la rue du Masy, notre oeil était autrefois attiré par une imposante construction, dont le beau mur d'enceinte entourait une vaste propriété de 7 hectares.

Cet ensemble constituait "l'Hôtel Dieu" un second hôpital, ouvert en 1909 par le Docteur Dogniaux,  ouvert aussi aux indigents.

Les services d'infirmerie étaient assurés par les soeurs de Bonne-Espérance établies sur la place du Prieuré.
Rue du Masy
Rue du Docteur Pircard
Rue du Masy
Rue du Docteur Pircard
A l'extrême droite de la vue ci-dessus, on peut voir un lazaret, isoloir pour maladies contagieuses.

L'endroit ne ressemblait en rien à un hôpital, tout était riant, confortable et séduisant; grâce aussi au magnifique jardin français tracé à l'arrière du bâtiment prncipal (voir vue ci-dessous, où il vient juste d'être aménagé).
Cette magnifique construction, intressante tant au point de vue scientifique qu'esthétique, était une des plus belles créations du genre en Belgique.

Le site fut cédé, en 1920 à lEtat pour devenir un hôpital militaire.

Avant la guerre 1940-1945, le bâtiment devint une caserne de gendarmerie.

Il fut malheureusement démoli dans les années 1970 et remplacé par des bâtiments modernes, à défaut dêtre beaux, destinés à la gendarmerie et qui fut aussi, jusqu'il y a peu, une école destinées à la formation des gendarmes.
RUE DU MASY
A partir de ce carrefour, remontons la rue du Masy vers Heigne.

C'est une des rares rues à avoir gardé son nom d'origine, on en parlait déjà dans le cartulaire du Prieuré de Sart-les-Moines en 1548.

Ce terme "masy" signifie "petite manse", une petite exploitation agricole dont les terrains cultivés suffisaient à la subsistance d'une famille.  D'ailleurs il y a toujours eu une ferme à la rue du Masy tenue jadis par Joseph Claes, marchand de bestiaux et ensuite par Mr Vantournhoudt.

Actuellement, elle n'est plus exploitée et a été vendue à des particuliers, mais les inscriptions visibles sur ces cartes postales existent encore, sous le lierre (décembre 2002).


La rue traversait autrefois le bois de la "Prêle", un prolongement du bois d'Heigne qui dépendait de Gosselies et de Sart-les-Moines.

En 1804, l'administration française rattachera le quartierà Heigne et à Jumet. 

Jusqu'au début des années 1970 la rue n'était qu'un chemin de terre traversant des campagnes.  C'était un lieu très calme et champêtre mais depuis lors, le quartier est en grande transformation.  Les constructions se multiplient.

L'Ecole de Sart-les-Moines a été réactivée, signe certain du dynamisme du quartier.